Rãgarãja - Sheïtan

Catégories : Chroniques
10710960_1473428646260243_6187218818443567968_n.jpg
C'est en Octobre 2014 que Rãgarãja, mené par Euryale (chant), pointe le bout de son nez avec un premier clip nommé « Sheïtan ». Première claque. Depuis, l'EP s'est révélé petit à petit et le dernier titre a même buzzé puisqu'il est aujourd'hui à plus de 20 000 vues !
Aujourd'hui, Euryale suivi de Chris et Stanislas aux guitares, Cyril à la batterie et Fabien à la basse commence à faire quelques dates et il est temps ici de vous décortiquer ce premier EP « Sheïtan ».

Pour la petite histoire, Rãgarãja est le roi des passions dans la religion bouddhiste et Sheïtan signifie diable ou « esprit pervers », qui colle mieux au nom du groupe ! La couleur est donc annoncée...

Si vous n'avez pas déjà tout écouté sur Youtube et Vimeo (Pour le dernier clip, un peu trop sulfureux pour Youtube...), sachez que c'est un EP Metalcore à souhait, mais très riche en variations ! Tantôt inspiré du Neo Metal, tantôt marqué d'un passage Industriel, le voyage au cœur de « Sheïtan » sera semé de surprises et d'émotions.

Je suis déjà passé par le premier titre dans l'intro, mais développons le un peu plus. Une intro à cet EP et quelle intro ! Entre riffs très Djent et un flot de paroles rapé quasi sans interruption, vous serez forcément entraîné. Inutile de vous dire que les paroles parlent du Diable et de son accoutumance pour le fléau !
2e titre et 2e univers. Rien qu'à l'intro de « La Loi Du Temps », on se demande ce que Rãgarãja nous fait là. Mais l'intro laisse vite place de nouveau à un Metalcore puissant. Ici, le chant est un peu plus difficilement calé dans les couplets, car c'est un titre plus complexe au niveau de la construction. Mais le refrain vous fera chanter, pour sûr ! Les paroles, toujours très métaphoriques et poétiques, nous racontent ici la fin de vie. Pour ma part, à la sortie du titre, je n'étais pas totalement convaincu. La grosse claque du premier morceau m'avait laissé sur ma faim, qui s'est trouvé un peu désorienté devant un titre assez différent, mais qui reste de grande qualité.
« Ma Chute Libre » est un morceau qui retourne un peu plus dans la veine de « Sheïtan » musicalement, et qui oriente les paroles sur une rupture douloureuse, bien marquée par la violence de la chanson. Rien à dire musicalement, c'est propre, et claque comme Rãgarãja nous avait déjà démontré précédemment.
L'avant dernier titre, « En Pleine Errance » prouve que le groupe sait varier les plaisirs musicaux en insérant des éléments empruntés au Metal Industriel, qui nous ravira ! Un titre plus original que les autres, cassant une fois de plus la rythmique de « Sheïtan » et « Ma Chute Libre ».
Mais passons au dernier titre, muni d'un clip très cru, visible seulement sur Vimeo. Mais nous parlons musique ici, je vous laisserai donc vous faire une idée du clip tout seul. « Dans le Miroir » est le morceau le plus violent, tant au niveau des paroles que du son. Euryale se munit ici d'un nouveau scream, appuyant ses lyrics. Le titre s'inscrit entièrement dans le titre de l'album, avec un thème assez torturé et lourd, suffocant. La batterie accomplit ici un travail hyper important, marquant par chaque frappe une atmosphère changeante.

De manière générale, c'est un EP qui a été exécuté de façon très pro, très propre, et en même temps novatrice dans le genre, par les cassures que représentent certains titres dans l'ambiance de l'EP . Structurellement, les morceaux sont très similaires et se démarqueront au niveau des sonorités par des influences différentes. J'ai très peu parlé des percussions précédemment car la batterie fait toujours son job à la perfection. C'est l'artillerie dont l'infanterie composée des grattes (Et basse, on l'oublie souvent) a besoin pour mener une blitzkrieg qui mettra vos tympans à feu et à sang.
Mais parlons un peu des points négatifs. Le chant, premièrement. Omniprésent, il ne laisse que très peu de place aux riffs qu'on a du coup du mal à retenir. Siffloter du Rãgarãja est un exercice qui peut s'avérer difficile. L'autre souci c'est que les peu d'espaces alloués à l'instru ne sont pas utilisés pour balancer un riff qui tabasse mais plutôt pour calmer la chanson ! Ce chant, très intéressant au niveau des paroles dicte un peu trop la conduite des instruments. Ce que l'on pourrait aussi reprocher aussi à cet EP est un manque de diversité au niveau des titres. Certes comme je l'ai déjà dit des éléments d'autres genres sont utilisés, mais ça reste à mon goût un peu sage pour apporter une réelle fraicheur.

Ceci dit, ce 1er EP est une réussite. Très peu de nouveaux groupes frappent aussi fort pour une première. Le public (dont moi) est ravi, l'EP est très peu cher (En général compris dans l'entrée de leurs concerts) et la qualité de son est excellente. J'ai beau pouvoir lui en tirer des défauts, je le ferai quand même tourner en boucle chez moi.

Note : 18/20

Par Alexis - 27/07/2015

Commentaires

Pas de commentaires sur cette article !