Etoile Filante - Traité sur le Monde et la Lumière

Catégories : Chroniques
404893.jpg

Amateur d'espace, votre plus grand rêve est de faire un voyage dans celui-ci ? Vous êtes tombé au bon endroit. Aujourd'hui, attaquons nous à une petite perle d'un sous genre très peu présent en France tout comme à l'international, le Black Metal Astral.


Sous-genre peu connu, une petite présentation s'impose.

Si on se base sur le fait qu'un sous-genre est reconnu s'il possède des caractéristiques musicales qui lui sont propre,  le Black Metal dit "Astral" en est un.

Pour faire simple, c'est du Black Metal Atmosphérique ou Ambient (par exemple Darkspace, c'est du Black Atmo), mais comportant des sonorités ou une atmosphère prônant le voyage interstellaire.


Mais trêve de bavardage, attaquons nous au sujet de cette chronique.


Etoile Filante est donc un groupe (en réalité un duo) de Black Astral, formé en 2013 en Île-de-France, mené d'une main de maître par les sieurs Chazoul et Trowl. Ils sont titulaire d'un EP, “Traité sur le Monde et la Lumière”, sorti en 2014. EP qui sera l'objet de cette chronique.


Pour résumer mon plan, je commencerai par vous parler de l'EP en lui-même, c'est à dire le digipack, puis, les quatre morceaux étant sensiblement différents, nous les étudierons un à un.


Parlons de l'EP. Traité sur le Monde et la Lumière est donc un EP d'une vingtaine de minutes, composé de, comme dit précédemment, quatre pistes, respectivement nommées "Trou Noir: Ouverture/Fracture/Effondrement", "Tombétoile", "Traité sur le Monde et la Lumière" et "Singularité" qui est l'outro du disque.


Attaquons nous au premier titre de l'EP, "Trou Noir: Ouverture/Fracture/Effondrement".


Petite introduction dans ce disque, une petite introduction qui nous projette directement dans un espace profond au gré de sonorités qui sortent de l'inconnu (bon de l'espace en fait); se suit de ceci un enregistrement en anglais dont j'ignore l'origine, mais il n'a sûrement pas été placé ici au hasard.

C'est suite à ça que le morceau commence.

Nous voici au beau milieu de cris aiguës sous mixés (comme toute la partie vocal de ce morceau). Après c'est une instrumentation somme toute assez classique, bien que ponctuée  par une batterie (programmée/boite à rythmes ?) elle aussi sous mixée et des sonorités kitsch à souhait, mais dont l'efficacité est démentielle ! À noter, ce morceau possède un passage beaucoup plus calme, un passage où le chant est parlé, parlé par un des nombreux guest de l'EP, une demoiselle du nom de Perrine.


C'est ici que nous entamons le deuxième morceau, "Tombétoile".


Nous retrouvons dans sa petite introduction les fameuses sonorités planantes, qui sont rapidement rejoint par le début du morceau, premier couplet,  encore une fois parlé, qui est diaboliquement efficace.

Suite à ça, un morceau somme toute assez classique apparaît, mélangeant partie Atmosphérique et "brutal" (tout est relatif), agrémenté de quelques solo de la part d'une guitare aux sonorités spatiales, ce qui nous plonge encore plus dans l'ambiance prodiguée par le groupe. Le tout terminé par un de ces dit solo.


Passons au 3ème morceau, le titre éponyme de cet EP, "Traité sur le Monde et la Lumière".


Petite introduction du morceau avec un synthé, une introduction Ô combien reposante, s'en suit le début du morceau, une batterie frénétique mais douce, couplées par des riffs entraînants et inspirés. Sur ce morceau, une nouvelle variable s'ajoute à la donne... Il s'agit d'un violon ! À première vue, l'utilisation de cet instrument peut sembler assez déconcertante, surtout pour du Black Metal, mais ici nous sommes dans de l'Astral Black Metal, les codes musicaux inhérent à la seconde vague de Black ne sont que très peu représentés, et puis ce violon est manié d'une main de maître. Suite à ça, un morceau dans le thème du groupe, boucle cet EP.


Le boucle ? Pas totalement ! Après ces trois morceaux intenses, le dernier morceau, Singularité, servant d'outro, est quant à lui beaucoup plus calme.

Ici, pas de Black, mais plutôt un autre genre particulier, du Space Ambient (c'est de l'Ambient dont la thématique musicale est l'espace).

Ce morceau sert donc de conclusion à cet EP, et au voyage interstellaire qui nous fut proposé.


Pour conclure, nous pourrons dire qu'Etoile Filante a frappé très fort avec un début discographique de haute volée. Si je devais donner une note sur 20 à cet EP, je lui donnerais un beau 18, et avec les honneurs !



Par Blerk - 20/05/2015

Commentaires

Pas de commentaires sur cette article !