Xiphea - From The Uncharted Island

Catégories : Chroniques
10888640_855272044523087_5555834355019718132_n.png
Il y a longtemps qu’une formation de metal symphonique ne m’avait autant plu et pourtant ce ne sont pas les groupes de qualité qui manquent dans ce domaine. Xiphéa nous viennent d’Allemagne, plus précisément de Nuremberg , et se sont formés  en 2011. Le groupe a rapidement sorti un petit opus fait maison en 2013 nommé « Masquerade » et c’est d’ailleurs celui-ci qui m’a fait découvrir le groupe l’an dernier. Le groupe emmené par Sabine, qui officiait auparavant dans un groupe de Metal Gothique appelé Rawkfist, est composé d’un total de 4 membres.

« Masquerade » avait déjà marqué les esprits par sa qualité musicale et pourtant auto-produite , le tout habilement arrangé pour nous offrir un metal symphonique voire orchestral. Les compositions sont riches , sans perte de vitesse ,  très prometteur en tout cas pour les amateurs du genre.

Et voici qu’en Décembre dernier le groupe sort son premier album intitulé «  From The Uncharted Island » toujours en auto-production.
Tout d’abord l’artwork est simplement beau et on s’imagine retrouver à nouveau un album orchestral nous amenant vers des symphonies entrainantes et envoutantes, sublimées par la voix de Sabine. Et bien c’est tout à fait le cas pour ce premier album qui démarre avec un « Kissed By The Moon »  à toute vitesse, mené par un synthé omniprésent , une intro digne d’une production d’Epica puis la voix douce de Sabine en accompagnement.

La suite de l’album n’en est pas moins intéressante , la présence de chœurs sur « The Curse » nous rappelle un certain groupe appelé Epica, le tout confirmé par la présence  d’un chant masculin puissant ponctuant le morceau.

Les titres se succèdent avec une si grande qualité qu’il est difficile de croire que le groupe est auto-produit.  Une légère pause est instauré avec le titre "Crossroads of Dreams" marquant un carrefour mélodique dans l’album. C’est tout simplement musicalement beau et la voix de Sabine bercant les riffs est totalement adaptée à la musique de Xiphéa.

Après un « Beauty And The Beast » accrocheur nous avons au titre qui sera la ballade de l’album « Butterflies ». Là encore la voix de Sabine est magnifique , rassurante et envoutante. Le piano accompagnant parfaitement la mélodie, on se laisse prendre au jeu et entrainer dans un élan de douceur.
Puis le titre « Star-crossed Lover » nous remet sur les rails du groupe signant encore un titre à la sauce Epica mais en plus doux, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Le reste des titres seront dans la lignée du début de l’album ponctués par ci par là de la voix du chanteur backing , l’album se terminant par un magistral « Sweet The Tale ».

Xiphéa signe ici un album honnête , inspiré et totalement dans l’attente des fans de Metal Symphonique de plus en plus exigeants. Certes le genre ne se renouvelle pas, mais Xiphéa est arrivé en un album à se placer parmi les meilleures formations du genre autant musicalement qu’humainement , du moins c’est que je ressens dans cet opus qui annonce une longue carrière au groupe.

Par Ben - 21/04/2015

Commentaires

Pas de commentaires sur cette article !