Interview d'Aktarum au Ragnard Rock Festival

Catégories : Interviews
aktarum.png
Nous avons rencontré  lors du Ragnard Rock Festival le groupe Belge Aktarum. C’est sans pression que le groupe se prêtait à l’interview pour Radio Metal Sound.

Bonjour Aktarum pouvez-vous nous présenter le groupe ?

Nous sommes Aktarum et nous venons de Belgique , on fait du Troll Metal. Le groupe existe depuis 2006 et nous avons sorti un EP puis un album et dernièrement un nouvel EP. Pour le moment nous jouons plus de manière internationale que nationalement on va dire. Nous sommes cinq : deux guitaristes, un bassiste, un claviériste-chanteur, et un batteur.

Le terme « Troll Metal » comment le définissez vous ?

On fait du Troll…..et du metal. Le troll est partout dans nos histoires, dans nos tenues de scène, notre façon d’être , dans notre délire , c’est un monde imaginaire on fait du troll metal mais en réalité ça reste du folk metal. Ce n’est pas à confondre avec les trolls d’internet hein.

On s’est créée notre petit monde on ne se base pas sur les trucs nordiques c’est notre univers à nous on s’éclate on délire avec.

Parlons un peu de vos influences, vos inspirations.

Un peu tous les groupes folk pour les mélodies du genre Turisas, Finntroll (Finntroll surtout), Ensiferum

(Batteur du groupe) : Pour la batterie les influences sont plus extrèmes vu qu’à la base je suis un batteur de metal extrème. D’ailleurs quand je joue avec eux je dois me calmer (rires)

C’est d’ailleurs pour ça qu’il picole depuis tantôt !

Pour Brieuc (guitariste) les influences sont beaucoup plus heavy/power metal , un peu néo-classique parfois , avec Manowar par exemple , un peu old-school.

Vous avez souligné le fait que vous jouiez plus internationalement que dans le « plat pays » vous pensez que c’est dû à quoi ? Un manque de groupes ? D’intérêt ?

Chez nous c’est surtout dû à un manque d’organisation et un amateurisme flagrant à ce niveau.

C’est soit tu joues avec un très gros groupe soit tu joues pour un bac de bière et si tu joues pour ça c’est des organisations souvent bancales et si tu es avec un gros groupe les places sont chères. Le dernier qu’on ait fait c’est la Guerre des Gaules avec Arkona. Il y a beaucoup de groupes en Belgique qui veulent jouer et on a que 20 ou 30 bonnes dates sur l’année alors il faut se partager ça. Tandis qu’à l’étranger je ne sais pas on est plus demandé sans trop savoir pourquoi.

Je pense qu’en Belgique il y a trop de groupe et la scène est saturée donc fatalement les orga n’ont que l’embarras du choix et prennent ceux avec qui ils sont certains de rentrer dans leurs frais ce qui est compréhensible mais qui ferme pas mal la porte aux autres artistes. Le problème surtout c’est qu’il y a la blinde de groupes qui vont jouer pour un casier de bière alors quand toi tu demandes un vrai cachet parce que c’est ton boulot et bien les orga préfèrent prendre les groupes qui ne demandent rien. Limite on nous dit « mais t’es qui toi tu te prends pour Metallica? ».

On me dit pourtant toujours du bien de la Belgique et qu’il faut organiser des dates là bas parce qu’en France ça devient difficile surtout au niveau du manque et des tarifs des salles.

En Belgique nous avons les infrastructures mais il y à trop de connards au niveau des orga

(On veut des noms !)

Le souci en Belgique c’est que dès qu’il y a un petit concert à 5 euros l’entrée où tu peux vraiment découvrir des groupes et bien personne ne vient. Par contre dès qu’un groupe passe  qu’on a vu et revu 1000 fois et où la place est à 70 ou 100e la place pour un Slayer là c’est sold-out en une heure alors qu’un petit concert c’est boudé.

Malheureusement pour être reconnu il faut jouer avec un gros groupe et encore la plupart des gens s’en foutent du premier groupe qui passe.

En Suisse par exemple on as joué avec un gros groupe, personne ne nous connaissait et pourtant  c’était noir de monde lorsqu’on a joué, on est peut être tombé au bon endroit au bon moment.

Ce qu’on trouve bien en France c’est que les orga paient très souvent les groupes avec un cachet.

Parlez-nous de votre dernier EP

Il est bien achetez le !! Il date de Mai 2014 c’est l’album où on est tous les cing dessus c’est le renouveau du groupe. C’est beaucoup de nouvelles influences, notre nouvelle voie.

On as accéléré le tempo, les influences des nouveaux membres se sont assez bien digérées dans la musique qu’Aktarum pratiquait c’est pas un changement mais une évolution.

Racontez moi le pire concert que vous ayez fait

Le Dark Troll c’était sympa hein ! dans le genre où tu comprends de ce qu’il se passe sur scène. Les gens avaient l’air contents ça allait mais nous sur scène ça donnait « prrrrrrrrrreeerrrrrrrrr » approximativement. C’était près de Leipzig il me semble. C’est dommage parce que c’était un très beau site et un festival qui avait l’air terrible dans des ruines de château avec un cadre magnifique pour du folk et du black mais c’était bizarre ce problème technique monstrueux sur scène. Il y avait toutes les conditions mais une fois qu’on a commencé on a tous fait (grimace)…QUOI ? Qu’est ce qui se passe ? Tout était là pour que ce soit un souvenir mémorable mais il ne l’est pas dans le sens qu’on espérait.

Et votre meilleur concert ?

Ça va être aujourd’hui !

Sinon c’était le concert avec Moonsorrow en Suisse à Zürich. Dans le style et une autre pression il y a eu aussi le Paganfest en Allemagne avec Korpiklaani, Eluveitie , Equilibrium , Heidevolk pendant lea tournée Rock The Nation qui nous avaient contacté pour une date. On a eu la chance de faire la première partie de pas mal de gros groupes, il nous manque que Finntroll avec qui on n’a pas joué ce qui est con quand même il faudrait. Un bon Finntroll Alestorm Aktarum ça aurait de la gueule !

Nos quatre ou cinq dates avec Arkona étaient sympa aussi c’était juste avant qu’ils deviennent connus.

Pour conclure parlez-nous de vos projets d’avenir

Des enfants !

De la coke et des putes !

Non sinon toujours jouer notre musique et que ça plaise aux gens , continuer à ne pas se prendre la tête.

La sortie de notre prochain album qui devrait arriver l’année prochaine on a déjà commencé à composer. On va l’autofinancer mais pour la sortie si on veut qu’il marche il faut clairement qu’on trouve un label avant la sortie sinon ça va faire comme d’habitude on va vendre ça de main à main aux concerts ça n’aura aucun impact et c’est encore une fois le départ pour une spirale de « faut rembourser » « faut faire 1000 concerts même des petits trucs pour renflouer les caisses »….

On L’autofinance et dès qu’il est prêt à sortir on trouve une maison de disques et pour ça il faut un album qui poutre ! Mais il faut quand même voir les deal parce qu’on as eu des propositions mais à chaque fois on a eu l’impression de perdre tout notre « bébé » et ça on veut pas on veut quand même que notre musique reste à nous. Quitte à donner notre musique à quelqu’un autant la donner à un label qui nous tirera vers le haut. On a eu le coup avec des booker Italiens, lorsqu’on lisait le contrat il était beau ils nous promettaient de nous faire jouer partout dans le monde avec un pourcentage sur notre cachet minime sauf que le temps qu’on est resté chez eux (7 mois) on as obtenu 0 dates et on devait quand même leur envoyer un pourcentage sur les dates que NOUS on trouvait, ce qu’on a pas fait bien entendu. Ce n’était vraiment pas réglo.

Merci à vous pour cette interview et bon concert tout à l’heure

Merci à toi c’est toujours un plaisir.


Par Ben - 22/08/2015

Commentaires

Prochainement...