Maïeutiste - Veritas

Catégories : Chroniques
Artwork Veritas Resized.jpg

Collectif protéiforme fondé en 2006, Maïeutiste dénote d’ores et déjà par son nom et son thème. Bien loin des élans nihilistes du Black Metal, l’actuel quatuor ancre sa musique dans la tradition philosophique occidentale, en remontant aux origines mêmes et à la méthode socratique de faire accoucher des vérités : la maïeutique. Et c’est cette recherche dont traite le très justement intitulé Veritas, paru cet octobre chez les Acteurs de l’Ombre. Quant à savoir si cette quête a abouti ou non, il nous faudra bien plonger dans l’album pour le découvrir. 

 

Car oui, il s’agit bien de plonger - et d’aller le plus loin possible. C’est cette profondeur qu’évoque le grondement introductif de Veritas – I. Si le chant guttural est assez classique, les rythmes développent un phrasé avant-garde qui accompagne la tentative moderne de transcender la finitude en remontant au cœur principiel de l’univers. L’usage des chœurs accentue à ce titre la dimension solennelle et ésotérique de ce secret à dévoiler et nous fait ressentir les influences progressives du quatuor. La basse a, quant à elle, une place de choix dans le morceau puisque le mixage accentue son côté rebondissant que l’on retrouvait déjà dans le précédent album : Maïeutiste. L’association de différentes tessitures comme les voix claires et hurlées ainsi que le contraste entre les passages légers à la guitare et le Black Metal virulent appuient sur le paradoxe de ce voyage aussi salvateur que délétère puisqu’en cherchant à outrepasser la finitude, il nous faut nous débarrasser de notre enveloppe charnelle – mourir pour ne pas disparaître. Mais malgré toutes ces références, implicites ou explicites, il me faut vous rassurer : le morceau reste du Black Metal. La mélodie est principalement jouée par des guitares saturées et on retrouve régulièrement du tremolo picking et des blastbeats. Cependant, le pot-pourri de tonalités et influences diverses vient en contrepoint du Black Metal pour accentuer les différentes ambiances de la chanson et illustrer la diversité du rapport univers/esprit que trace la chanson. 

Hélas ! notre recherche semble n’être qu’un mirage et le « Fool » grave hurlé qui inaugure Infinitus nous le confirme. Dérivant dans l’espace avec l’incapacité d’atteindre son cœur, Maïeutiste recourt à un style plus Doom avec beaucoup de dissonances pour mettre cette angoisse en musique. Les cordes de guitare pincées viennent ensuite raisonner dans un mode orientalisant et les chants clairs légers typés Prog’ s’étendent immensément dans cet espace infini. L’usage de riffs asymétriques et de bends vient constamment décaler la progression musicale, comme l’espace-temps nous voile toujours l’Un ; alors qu’il doit exister ! – une des nombreuses références platoniciennes présente dans les paroles. Le contraste entre la voix grave et les guitares aiguës crée un gouffre mélodique désagréable et le morceau est justement incommode dans son ensemble. Il illustre par là sa dimension négative, ainsi que grâce aux répétitions et disharmonies ou par sa dimension rituelle qui ressasse inlassablement l’impossibilité d’aller plus loin. 

Pour continuer notre quête, peut-être nous faut-il y aller à tête reposée, soufflons un peu. Suspiramus, nous respirons… Et c’est dans ce même Suspiramus que se trouve la source de notre énigme : le souffle de vie qui anime tout être, le pneuma. Ce troisième morceau officie alors en interlude léger, très agréable, bien que décalé de la musique de Veritas. Chanté au style grégorien avec du violon et de la guitare, il confirme les influences classiques de Maïeutiste par une atmosphère médiévale qui clôt la première partie d’album. 

Dès lors, le voile de l’inconnu commence à se lever pour laisser sa place au mystère en demi-teinte. Bien que notre enquête avance, on reste cependant dans l’absence de réponse, d’où le retour du Black Metal. On retrouve donc des guitares graves et martiales sur un tempo médium et une structure répétitive qui rend ce premier riff très engageant. Nous avertissant du danger du mystère, qui outrepasse les limites de la pensée rationnelle, le chant est assez grave et sonne Death. Appréhendé sans être réellement vu, sortant de notre connaissance mais pas de notre pensée, ce mystère redouté est sans nul doute celui de l’univers, d’où le titre Universum. En dépit de cela, le morceau a aussi ses passages réconfortants avec un pont atmosphérique et parlé qui mêle arpèges de guitare et cross-sticks à quelques touches de chant qui répètent « Around us ; within us ». Se développant dans la longueur des résonances, ce passage tranche avec son successeur qui accélère avec un solo de guitare shred et achève le morceau en le noyant dans ses larsens. 

Mais au-travers de ces larsens perce une voix insurcriable, une voix qui appelle et proclame avoir la vérité unique et inaltérable ; qui prétend avoir atteint la réalisation unique des idées et que rien n’est sans but. Cette voix qui proclame, c’est Vocat. Bien que l’ouverture du morceau soit trop sobre à mon goût, il faut d’emblée reconnaître que le batteur a un sens certain du groove et que l’ajout de guitare sèche apporte beaucoup au lyrisme dissonant du passage. De cette ambiance oppressante se développe un Black Metal dont la mélodie est quasi exclusivement basée sur des arpèges, ce qui est assez peu commun dans le genre. Autre spécificité qui mérite d’être notée, la multiplication des chants permet d’avoir d’un côté les voix claires qui proclament dans leur dimension collégiale tandis que la voix Black appuie sur les maux à éviter. Cet ensemble consacré à la vérité unique et intemporelle explique la dimension liturgique que l’on retrouve à la sixième minute avec des notes tenues qui miment les orgues. Dans la continuité, le deuxième tiers de morceau est précisément un moment terriblement lent et fataliste, faisant peser le poids de l’esprit sur les épaules de l’auditeur. Si les guitares allègent quelque peu ce fardeau, les chuchotements damnés et longues plages de guitare évoquent l’infini, passé, présent ou futur, auquel peut et doit prétendre l’esprit. L’usage de chœurs dans une composition de ce type rappelle par moments Batushka, au moins dans l’atmosphère qui se dégage de la chorale associée au Black Metal tout juste rentamé. Les deux dernières minutes, folles et chaotiques, viennent justement accentuer cette ambiance avec une guitare stridulante, du tremolo picking, une sorte de viole et des blastbeats qui ne suivent pas de cohérence rythmique avant de s’essouffler en agonisant, comme les dernières folies convulsives d’un quelconque fou ou prophète. 

Dernier acte et aboutissement de notre voyage, Veritas – II démarre par des guitares chargées de réverbération comme on en entendrait dans le Post-black à la Alcest ou dans le Shoegaze et dont la douceur illustre probablement la fin de notre recherche. La levée de batterie et les riffs à deux guitares sonnent dans un registre Technical Death et les instruments ne trouvent leur unification que dans un Black Metal accompagné de chœurs répétant notre voyage à travers les astres et l’esprit. Cette psallette fustige le désespoir en disant que ni la repentance, ni la convergence, ni l’amour ne peuvent être atteints sans espérer. Notre recherche de vérité à travers l’univers et l’esprit nous aurait donc au moins permis d’appréhender l’espoir, seul lien qu’il nous reste peut-être à une vérité transcendantale, d’où la dimension positive mais mesurée de ce morceau. Le retour à la réalité se fait alors à la fin du premier tiers avec des plages ambiantes de nature qui vont veiller au sommeil du morceau. Jusqu’à la treizième minute du moins, où des bois sonnent presqu’angéliquement avant d’être corrompus par des larsens et des chants féminins inversés qui clôturent pour de bon Veritas sur une sorte de musique expérimentale très anxiogène et paradoxalement hermétique. 

 

Fort d’une composition subtile et d’une esthétique flamboyante, ce second album de Maïeutiste se présente comme un petit bijou pour les amateurs de Black Metal inspiré et créatif. Mêlant les différents genres musicaux et brouillant les références, son écoute est autant un flot lyrique qu’un déchiffrage mystérieux qui se perpétue jusque dans les visuels. Si la vérité est une fort belle prétention pour cet album, elle n’est cependant jamais révélée ni même instillée dans Veritas. Ce que nous trouvons en revanche est un Black Metal d’avant-garde varié et exotique mené de main de maître par Kheitan et Tmdjn. Mais pour ce qui est du maître, comme Platon a tué Parménide, Maïeutiste tue à son tour Platon en nous offrant un contenu sensible sans vérité métaphysique à nous faire voir, peut-être est-ce là la limite de la transposition de l’intelligible dans la sensibilité des sons. 


Par Baptiste - 04/10/2019

Commentaires

Prochainement...
Not On Air

Pas de direct


Derniers titres

Cover Cover
{{ track.title }}
{{ track.artists }}
{{ track.dateofdiff | date:'HH:mm:ss' }}